Actualités

En savoir plus sur… La chute chez les personnes âgées

4 septembre 2018

Avec le vieillissement, les chutes sont de plus en plus fréquentes, on comptabilise environ 2 millions de chutes chez les personnes âgées par an. Au-delà des répercussions importantes sur l’autonomie de la personne âgée, il s’agit de la première cause de décès accidentel chez les seniors.

Les chutes des origines diverses

Pour les personnes âgées de 65 à 75 ans, les chutes à 50% liées à un facteur environnemental. Elles peuvent être favorisées par des activités quotidiennes dites à risques comme les tâches ménagères, le jardinage ou simplement le fait d’évoluer dans un habitat qui ne soit plus adapté à la perte d’autonomie.

Pour les personnes âgées de plus de 75 ans, les causes liées à un problème de santé semblent plus importantes. Par exemple, l’hypotension orthostatique serait la cause de 10 à 15% des chutes. Elle génère des vertiges et une baisse de la pression artérielle lorsqu’une personne passe trop rapidement d’une position couchée/assise à une position debout. Certaines maladies  ou la prise d’un traitement peuvent également provoquer des déséquilibres pouvant être la cause d’une chute.

Les capacités motrices et sensorielles se trouvent également altérées avec l’avancée en âge. Qu’il s’agisse de perte d’équilibre,  de diminution de la vision ou de l’audition l’ensemble de ces facteurs peuvent être la cause d’une chute.

Les conséquences d’une chute chez la personne âgée

Les conséquences d’une chute peuvent être multiples et avoir une incidence importante sur le quotidien de la personne âgée.

Les chutes peuvent entraîner des contusions, des ecchymoses, des fractures et plus particulièrement une fracture du col du fémur. Au-delà des traumatismes physiques, les personnes âgées peuvent également souffrir de séquelles psychologiques et psychomotrices. Le fait d’être tombé peut entraîner une grande anxiété quant au risque d’une deuxième chute voir même une dépression. Les conséquences psychologiques peuvent être associées à une régression volontaire des capacités psychomotrices.  Cet état est appelé syndrome « post-chute » et nécessite un traitement médical.

Prévenir les risques de chutes

Afin de limiter les risques de chute, il est tout indispensable que l’habitat soit aménagé de façon adaptée principalement dans les lieux à risques comme la salle de bain, la cuisine, les escaliers…

La personne doit également adopter une alimentation saine et équilibré et en exerçant une activité physique régulière ce qui permet de limiter les risques de chutes. Un suivi médical est également nécessaire afin de pouvoir mesurer la perte d’autonomie de la personne.

Enfin, des solutions de détecteur de chute existent comme la solution DETECT+ commercialisé par Europ Assistance La téléassistance. Le dispositif propose par le biais d’une montre alarme et d’un médaillon de pouvoir gérer rapidement les chutes et réduire les conséquences post-traumatiques.