Quelles sont les causes de la maladie d’Alzheimer ?

Les causes de la maladie d'Alzheimer

Votre parent âgé est en situation de perte d’autonomie et vous avez constaté l’apparition de troubles de la mémoire ? Voici ce qu’il faut savoir pour mieux comprendre la maladie d’Alzheimer et les causes qui peuvent provoquer un déclin cognitif et des pathologies neurodégénératives. 

Quelles sont les causes de la maladie d’Alzheimer ?

Malgré les nombreuses études et recherches entreprises jusqu’à maintenant, il est encore impossible de savoir ce qui provoque la maladie d’Alzheimer. Néanmoins, il existe de nombreux facteurs de risque qui favorisent l’apparition de la pathologie chez une personne :

L’âge et le sexe sont les principaux facteurs de risque. À partir de 65 ans, le risque de développer la maladie d’Alzheimer augmente et double environ tous les cinq ans. Après 85 ans, une personne sur quatre est atteinte de la maladie d’Alzheimer. On note également que le sexe est un facteur de risque qui serait plus important chez les femmes après 80 ans.

Quels sont les autres facteurs de risques de la maladie d’Alzheimer ?

Les facteurs de risques cardiovasculaires sont notables. Les accidents vasculaires cérébraux (AVC), l’hypertension artérielle, le diabète de type II ou encore un taux élevé de cholestérol sont autant de facteurs qui risquent de favoriser le développement de la maladie.

Les facteurs environnementaux comme les habitudes alimentaires, le tabagisme, la consommation d’alcool, la prise de certains médicaments ou le manque d’activité physique jouent également un rôle sur le risque de survenue de la maladie d’Alzheimer.

Quels sont les signes avant-coureurs de la maladie d’Alzheimer ?

Caractérisée par des pertes de mémoire, des troubles de jugement, des changements d’humeur et de comportement, la maladie d’Alzheimer est la maladie neurodégénérative la plus fréquente. Certains signes avant-coureurs doivent alerter la famille et les proches afin de prendre rendez-vous pour une consultation et effectuer une démarche diagnostique si besoin.

Pertes de mémoire

La personne oublie les événements les plus récents qui touchent sa vie personnelle. Néanmoins, elle conserve les souvenirs anciens.

Pertes d’objets

Du fait des pertes de mémoire, la personne a tendance à égarer des objets, des documents et à ne plus les ranger dans les endroits appropriés. Elle aura parfois tendance à accuser les autres de les avoir volés.

Problèmes de langage et de compréhension

Lors d’une discussion, la personne rencontre des difficultés avec le vocabulaire, a du mal à trouver ses mots pour s’exprimer. Certains mots perdent de leur sens et provoquent des difficultés de compréhension. 

Désorientation dans l’espace et dans le temps

La perte de la notion du temps est un autre symptôme de la maladie. La personne oublie où elle se trouve, confond le jour et la nuit, ne se repère plus dans les heures.

Baisse des capacités d’attention

La personne a du mal à se concentrer et prend plus de temps pour prendre une décision. De même qu’il lui sera difficile de suivre une conversation, regarder un film ou faire deux activités en même temps.

Détérioration des capacités de raisonnement

Avec le temps, la personne a une plus grande difficulté à évaluer une situation et à y répondre de façon adaptée. Elle pourra par exemple faire des achats inconsidérés et négliger son hygiène.

Difficultés à accompli les tâches quotidiennes

La personne peut ressentir des difficultés à effectuer des activités familières comme les étapes de la préparation d’un repas, faire ses courses et prendre ses médicaments.

Pertes de motivation

La personne atteinte de la maladie connaît une baisse de motivation pour les activités quotidiennes et d’intérêt pour les loisirs appréciés auparavant.

Modifications du comportement

Les proches constatent l’apparition d’une certaine irritabilité, d’une impulsivité qui contraste avec la personnalité antérieure ou à l’inverse à présenter une apathie.

Changements d’humeur

L’apparition d’une indifférence émotionnelle lors d’événements familiaux ou de changements d’humeur inexpliqués peut être un autre signe avant-coureur pour repérer la maladie d’Alzheimer.

Comment mieux comprendre l’évolution de la maladie d’Alzheimer ?

Lorsqu’une personne est diagnostiquée, il est important de prendre en compte tous les paramètres qui entourent la maladie. Son évolution lente et progressive, qui s’étire sur une dizaine d’années environ après l’apparition des premiers symptômes, permet de faire une comparaison entre l’état présent de la personne et son état antérieur.

Le but est de pouvoir établir à quel stade elle se situe et ce qu’il est nécessaire de mettre en place pour l’aider au quotidien. Aujourd’hui, il existe différentes échelles pour mesurer l’évolution de la maladie. Parmi elles, l’échelle de détérioration globale ou l’échelle de Reisberg publiée en 1982. Elle compte sept stades permettant de mesurer la sévérité de la maladie d’Alzheimer ou troubles apparentés :

  • Le stade asymptomatique

Aucun symptôme de la maladie d’Alzheimer n’est décelé, mais il est possible de constater des modifications cérébrales chez la personne grâce à des biomarqueurs qui reflètent des lésions cérébrales caractérisant la maladie.

  • Le stade prodromal

Les symptômes avant-coureurs de la maladie d’Alzheimer font leur apparition : légères difficultés de mémoire et modifications du comportement ou de l’humeur.

  • Le stade léger

La personne peut toujours mener une vie relativement indépendante avec un minimum d’aide (famille et proches) malgré une perte de mémoire à court terme (oubli des dates et des noms) et la difficulté de concentration et d’attention au quotidien. Les premiers sauts d’humeur et la passivité peuvent également apparaître.

  • Le stade modéré

C’est le stade où la maladie commence à prendre le plus de poids. Les troubles de la connaissance, du geste et de la parole sont de plus en plus récurrents. La présence d’un aidant (proche ou professionnel) est conseillée afin d’accompagner et d’aider la personne au quotidien.

  • Le stade modéré sévère

La personne ne peut plus vivre seule et a besoin d’assistance. Même si elle garde une bonne connaissance de sa vie, il lui est possible d’oublier un fait majeur de sa vie courante, son adresse, son numéro de téléphone, les noms de ses petits-enfants.

  • Le stade sévère ou démentiel

À ce stade, le patient ne peut plus faire seul les activités de la vie quotidienne : manger, boire, se laver, se déplacer. Toutes les activités dites complexes ont été abandonnées et l’aide d’un aidant est indispensable pour subvenir aux besoins de la personne. La personne va oublier le nom de son/sa conjoint(e) et de ses enfants.

  • Le stade terminal

C’est la phase terminale de la maladie où le patient perd alors toute autonomie (incapacité à communiquer ou à se déplacer). Cette dernière étape conduit irrémédiablement le malade vers un état grabataire : grande fatigue, perte de poids et infections bronchiques qui entraînent le décès du patient.

Senior Compagnie accompagne les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer…

Si aucun traitement ne permet encore de guérir de la maladie d’Alzheimer, il existe des solutions pour accompagner les personnes atteintes de maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer. Notre enseigne Senior Compagnie propose justement une aide à domicile permettant de suppléer les aidants familiaux et permettre à la personne de vivre à son domicile malgré l’apparition des différents effets comme les troubles cognitifs, l’atrophie, la démence, les troubles du langage, les troubles moteurs ou encore les hallucinations.

…et propose des activités pour ralentir le déficit cognitif

À l’image d’autres pathologies pouvant affecter le quotidien des personnes âgées comme la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer et ses effets peuvent être limités à condition d’une prise en charge rapide. Cette prise en charge passe nécessairement par la mise en pratique d’exercices et d’activités (jeux de lettres et de mots, marche, jeux d’adresse, peinture, collage, poterie, etc.) afin de lutter contre le développement des symptômes de la maladie. Sachez que nos auxiliaires de vie ont connaissance des causes de la maladie afin de mieux appréhender les différentes situations du quotidien afin d’adapter leur accompagnement aux besoins des personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer.

Sources : Association France Alzheimer - Inserm